Comment définir ses limites personnelles dans les moments difficiles (et en tout temps)

Les limites sont importantes. Spécialement maintenant, avec le télétravail. En effet, de nombreux clients me confient qu’ils ont besoin de leur propre espace. J’ai même vu des réunions dans les placards ou même des pièces complètement réinventées pour mieux délimiter l’espace de travail. Ces limites physiques et visuelles sont excellentes ET peuvent être favorisées par des limites personnelles saines.

Des limites personnelles saines ?

“Les limites personnelles c’est la distance à laquelle je peux t’aimer et m’aimer simultanément.”
~Prentis Hemphill

plage

Lorsque vous vous sentez en sécurité et libre dans un espace,  vous savez que vos limites personnelles sont respectées. C’est vrai dans un espace physique, mais ce dont je veux vous parler, c’est plutôt la notion d’espace émotionnel, mental et spirituel.

Chaque fois que nous sentons que notre «espace» personnel, notre bien-être, est menacé, embrouillé ou en danger, cela indique que nous n’avons pas établi de saines limites personnelles. Vous pouvez avoir l’impression que vous faites tout pour plaire aux autres ou «rester à flot», comme si votre force vitale était aspirée ou comme si vous fonctionniez en mode survie.

La pandémie a changé beaucoup de nos «fondations» – nos espaces physiques, nos interactions avec les autres, le rôle des médias dans nos vies et même la façon dont nous nous préparons quand nous sortons de la maison. En effet, nous devons faire preuve de flexibilité pour imaginer et repenser nos limites personnelles, puis les mettre en pratique.

Les limites et la peur

Beaucoup de gens ont peur de penser à eux-même d’abord, et ainsi de fixer des limites qui renforcent cet aspect. Peur du rejet ou de la colère de quelqu’un. Ils ont peur de perdre amour ou affection ou d’être viré. Ils ont aussi peur d’être critiqué, qualifié d’égoïste ou accusé d’être un mauvais parent, conjoint, ami ou enfant. Nous craignons la perte de la carotte suspendue devant nous.

Il m’a fallu beaucoup de temps pour m’en rendre compte.

Laissez-moi vous dire que si vous vivez en ayant peur d’établir vos limites personnelles, les gens s’infiltrent et s’incrustent avec toutes leurs idées, opinions et demandes… et c’est difficile de changer les choses par la suite.

Ceci dit, si c’est votre cas, vous n’êtes pas seul. Si vous aviez déjà défini des limites, mais que vous constatez qu’elles ne vous servent plus dans votre nouvelle normalité, vous n’êtes pas seul non plus.

Soyez confortable avec l’inconfortable

Si vous voulez vraiment mettre fin au cycle épuisant « Je dois plaire à tout le monde », vous avez besoin de limites. Vous devez ériger des murs contre les situations et les personnes qui briment votre liberté d’être complètement vous-même.

Dans certains cas, ces murs vous amèneront des relations plus fortes, plus dynamiques et une connexion plus profonde grâce à la compréhension. Dans d’autres cas, ces murs vous protégeront, gardant à distance les personnes ou les situations toxiques.

Et soyons clairs: se protéger n’est pas égoïste! C’est une façon essentielle de prendre soin de nous.

Mon parcours

Quand j’étais enfant, j’étais réprimandé chaque fois que j’essayais d’explorer ou de poser des questions, jusqu’à ce que je perde l’intérêt d’imposer ma voix.

Parce que je n’avais pas le droit d’explorer, qu’on ne m’avait pas appris à dire NON quand j’étais mal à l’aise, que je devais respecter les adultes inconditionnellement, je n’ai jamais développé de confiance en moi.

J’ai donc grandi en croyant que mes pensées et mes sentiments n’étaient pas bons et qu’il appartenait aux figures d’autorité de me dire quoi penser, ressentir et faire.

Ne pas avoir confiance en moi a créé de nombreux problèmes dans ma vie.

Mon expérience a été à l’extrême (mais tristement commun) de ce qui peut arriver lorsqu’un enfant se voit refuser le droit de fixer ses limites. Je ne savais pas en parler quand quelque chose n’allait pas et de mauvaises personnes en ont profité. J’ai appris plus tard que les gens qui m’ont maltraité ont continué à le faire à d’autres aussi, sans jamais subir les conséquences de ce qu’ils avaient fait.

Nous pouvons être maltraités ou exploités de plusieurs façons lorsque nous ne sommes pas encouragés à établir nos limites personnelles – quand on nous apprend que plaire aux autres compte plus que se respecter soi-même.

En apprenant à fixer mes limites en tant qu’adulte, j’ai appris que des limites saines ne servent pas juste à se protéger, mais aussi à créer ce que nous voulons vraiment. En nous éloignant de ce qui ne nous convient pas, ces limites nous guident vers les relations, les opportunités et les activités qui nous font vibrer, créant un effet domino dans nos vies et celles des personnes qui nous entourent.

Comment définir et maintenir des limites personnelles saines

Comme je l’ai dit, fixer ses limites est plus facile à dire qu’à faire. Surtout si les gens autour de vous sont résistants et/ou ont leurs propres difficultés. N’oubliez pas de mettre votre propre masque à oxygène en premier. Si vous soutenez les autres sans prendre soin de vous, vous n’êtes pas fort, vous êtes simplement utilisé. Vous vous fatiguerez et c’est à ce moment que l’épuisement professionnel s’installe.

Voici 12 conseils et bonnes pratiques pour vous renforcer intérieurement et respecter vos limites:

1. Identifiez où vous devez définir ou adapter vos limites.

Si la limite est la distance à laquelle vous pouvez vous aimer et aimer l’autre personne simultanément, où ce point se trouve-t-il ? Pour cet exercice, utilisons le mot «aimer» non pas dans un sens romantique, mais dans un sens humain – ce point où vous pouvez pleinement vous aimer et vous respecter, en même temps de reconnaître et respecter pleinement l’humanité de l’autre personne.

2. Acceptez la réalité de la situation

Vous pensez: «Si je change simplement ceci ou cela, si j’en fais juste un peu plus, si j’agis comme ceci…» Ou encore: «S’ils changent simplement ceci ou cela…»

Toutefois, sans une relation saine, personnelle ou professionnelle, personne ne devrait avoir à compromettre ses valeurs, à en faire trop, à se montrer sous un faux visage ou à utiliser toute autre tactique inauthentique pour que les choses fonctionnent. Ce n’est pas de l’amour, de l’acceptation ou du respect. Acceptez ce qui est et ce qui n’est pas.

3. Lâchez prise

Vous pourriez passer toute votre vie à essayer d’obtenir l’approbation et l’acceptation des autres et ne jamais l’obtenir. Croyez-moi, je l’ai vécu. Je me suis négligée encore et encore pour garder la paix ou gagner l’amour. Ça s’est terminé en épuisement.

Tout ce que vous craignez de perdre – une personne ou son amour – faites-y face. Brûlez ces sentiments qui vous limitent. Lâchez prise.

4. Préparez-vous à la résistance des autres

Le changement peut être difficile. La personne avec laquelle vous fixez des limites peut résister au changement au début. Préparez-vous à répondre avec compassion, mais aussi avec confiance et cohérence en respectant les limites dont vous avez besoin.

Les personnes toxiques réagiront probablement négativement. Vos limites les empêchent de continuer comme ils le souhaitent. Ce n’est pas votre problème.

Surtout, souvenez-vous de la définition de limites personnelles saines. Il n’est pas dit que l’autre personne doit vous aimer. Ce n’est pas quelque chose que vous pouvez contrôler. Trouvez le point où vous pouvez vous aimer et respecter l’humanité de l’autre personne, puis ne bougez plus. Où les autres choisissent de se tenir est hors de votre contrôle et de votre responsabilité.

5. Rappelez-vous pourquoi vous faites cela.

Quand quelqu’un réagit mal, nous sommes souvent tentés de revenir aux conditions d’avant. C’est normal. Alors, rappelez-vous pourquoi vous avez entrepris ce parcours et que vous ne pouvez pas changer les autres, seulement vous-même. Puis, parlez-en avec une personne qui vous soutient. Vous devez garder et respecter ces nouvelles limites et vous entourer de gens pour vous soutenir est essentiel.

6.Restez alerte.

La personne avec laquelle vous fixez de nouvelles limites pourrait essayer de vous culpabiliser, de vous traiter d’égoïste, de jouer à la victimes, de vous embrouiller… Elle sait probablement comment vous culpabiliser et comment briser votre confiance. Elle fera tout pour essayer de maintenir le statu quo.

Soyez donc conscient de ces tactiques, restez attentif et ne vous engagez pas.

7. Soyez conscient des niveaux de conscience.

Lorsque vous choisissez l’intention de vous fixer des limites saines, vous choisissez d’agir à partir de votre niveau de conscience le plus élevé. La personne avec laquelle vous définissez des limites peut être à un niveau inférieur. En vous exposant d’un niveau supérieur, une personne peut être inspirée à vous rejoindre. Ou pas. Il n’est pas de votre responsabilité (ou de votre pouvoir) de les faire évoluer. Alors, soyez ouvert à leur cheminement, mais restez ferme pour ne pas vous faire tirer vers le bas.

8. Souvenez-vous toujours que si vous voulez quelque chose de différent, vous devez faire quelque chose de différent.

Que la définition de limites soit nouvelle pour vous, ou que vous adaptiez vos limites pour une nouvelle réalité, changer la façon dont vous interagissez avec les autres est la façon de créer un changement dans votre vie. Des limites saines, intentionnelles et conscientes sont importantes et font partie de l’acceptation de soi; afin de devenir vraiment le PDG de votre vie.

9. Si vous êtes parent, de saines limites comptent x2.

Établir des limites saines avec les autres constitue un exemple fondamental pour vos enfants. Établir des limites saines avec vos enfants leur apprend que les limites font partie de l’amour, et non pas une limite à l’amour. Cela signifie également respecter les limites de votre enfant. En tant que parents, nous pouvons le faire en agissant comme leur guide et non pas comme leur dictateur. Laissez-les explorer, découvrir et développer leur confiance en eux. Aussi, laissez-les dire non et faire des choix. Montrez-leur que les limites sont censées être respectées dans une relation en respectant les leurs. Bien sûr, nous ne pouvons pas les laisser jouer dans la rue, manquer l’école ou jamais se laver, mais il y a tellement d’autres limites que nous pouvons respecter et leur accorder.

10. Commencez doucement.

Certaines personnes sont si avides de changement qu’elles fixent toutes leurs limites en même temps et la situation devient insoutenable. D’après mon expérience, à la fois personnelle et en travaillant avec mes clients en coaching, je recommande de fixer (ou d’adapter) 1 à 2 limites à la fois, puis d’en ajouter progressivement d’autres. Donnez à l’autre personne le temps de s’adapter, et à vous-même le temps de consolider vos intentions de respecter vos limites.

Oui, c’est moins satisfaisant, mais c’est le prix à payer pour ne pas les avoir fixées plus tôt. À l’avenir, rappelez-vous que c’est pourquoi il est si important d’avoir des conversations authentiques lors de conflits. Cela crée naturellement une limite saine dans la relation. Ensuite il n’y a pas de situation discordante ou d’épuisement professionnel.

11. Faites attention à vos paroles.

La façon dont vous le dites est vraiment importante pour établir vos limites. Si vous vous fâchez, cela provoquera certainement une réaction négative. Parlez d’un cœur de paix, pas d’un cœur de guerre (tiré du livre The Anatomy of Peace).

En effet, choisissez de voir l’humanité de l’autre, une personne avec des besoins, des désirs, des peurs et des difficultés comme vous. Soyez curieux de leur situation. Même si vous êtes «en guerre», vous pouvez vous montrer compatissant. Lorsque vous le faites, les autres sont plus susceptibles de faire de même, ce qui augmente les chances de garder la paix.

12. Faites la différence entre la compassion et la capitulation.

Avoir de la compassion pour l’inconfort de l’autre n’est pas la même chose que céder votre point. Voici un exemple de cette différence lorsque quelqu’un résiste à vos limites:

Capitulation: « Je suis vraiment désolé. Je ne voulais pas vous contrarier. Peut-être pouvons-nous trouver un compromis. »

Compassion: « C’est difficile. Je peux voir que vous êtes bouleversé et je comprends. Le changement peut être difficile. Cette limite est importante pour moi et je dois rester ferme. »

Alors, vous voyez la différence ? Des limites saines, celles dont nous avons besoin pour nous aimer pleinement, ne peuvent pas être négociées. Votre bonheur ne peut dépendre des choix de quelqu’un d’autre, tout comme leur bonheur ne peut dépendre du vôtre. La compassion consiste à reconnaître et à accepter l’inconfort d’une autre personne, sans en assumer la responsabilité.

ouiseau

Avouons-le. S’il était facile de fixer des limites saines, nous ne serions pas confrontés à cette épidémie d’épuisement professionnel qui était à la hausse bien avant d’entendre parler de Covid. C’est difficile, et beaucoup d’entre nous n’ont tout simplement pas été élevés de cette façon. Il aurait fallu nous enseigner à avoir confiance en notre voix intérieure. Ce n’est pas nécessairement un échec des générations précédentes, mais une évolution dans notre compréhension de ce dont les enfants ont besoin pour devenir des adultes en bonne santé.

Comme l’a dit Maya Angelou: «Faites de votre mieux jusqu’à ce que vous connaissiez mieux. Ensuite, quand vous connaissez mieux, faites mieux. »

En fin de compte, soyez la personne dont votre « moi enfant » aurait eu besoin. Soyez cette personne pour vous-même et pour ceux qui vous entourent. C’est ainsi que nous bâtirons une vie meilleure pour nous-mêmes, et par le fait même un monde meilleur. Avec la pandémie, nous avons le choix de ne pas «revenir à la normale», mais plutôt de créer une normale encore mieux. Alors maintenant que nous connaissons mieux, faisons mieux.

Pour terminer, si vous avez besoin d’aide pour clarifier vos limites et les mettre en place – personnellement ou professionnellement – veuillez communiquer avec moi. Réalisons-le.